Soutenance de thèse

Le Vendredi, 13. décembre 2019 -
14:30 - 19:00
Université Paul-Valéry Montpellier 3. Site de la Route de Mende.

Madame Evangelia DADINOPOULOU

Soutiendra vendredi 13 décembre 2019 à 14 h 30

Salle A304 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Route de Mende -

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Études néo-helléniques

Titre de la thèse : Tactiques de négociation pour vaincre et affaiblir : rivalités entre Grecs et Turcs lors des séances tenues à Lausanne au 20-11-1922 au 24-07-1923

Composition du jury :

  • M. Constantin ANGELOPOULOS, Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3 directeur de thèse
  • M. Dimitrios ANOYATIS-PELE, Professeur, Université Ionienne de Corfou (Grèce)
  • Mme Elpis GHAZAL, Maîtresse de conférences, Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • Mme Fryni KAKOYIANNI-DOA, Maîtresse de conférences, Université de Chypre

Résumé de la thèse

La négociation fut toujours définie comme l’art de la persuasion, l’art de transformer un refus définitif en un gain absolu. Elle était considérée comme une arme politique ainsi qu’une compétence nécessaire des hommes dans la vie publique. Son rôle dans le déroulement de l’Histoire des Nations est indiscutable.
La présente thèse se focalise sur les stratégies et les tactiques de négociation adoptées pendant la Conférence de Lausanne (du 20-11-1922 au 24-07-1923) et qui aboutirent à la conclusion du Traité le 24 juillet 1923. Le choix de la Conférence de Lausanne fut basé sur l’importance du Traité signé après l’achèvement de ses travaux pour tous les participants. Mais, avant tout, l’importance du Traité de Lausanne s’avéra majeure pour les deux protagonistes de la Conférence, la Grèce et la Turquie. Sa conclusion signala pour la Turquie la fin de l’Empire Ottoman et la création d’un nouveau pays homogène, prêt à revendiquer sa position parmi les grandes Puissances de l’Histoire.
De l’autre côté, pour la Grèce, il constituait à la fois l’accord qui assura son homogénéité, signalant, néanmoins, en même temps, la perte des acquisitions du Traité de Sèvres et le déracinement de milliers de chrétiens. Le Traité de Lausanne conduisit à la fin des conflits entre deux adversaires traditionnels, la Grèce et la Turquie, et réforma la charte politique et géographique de l’Europe. Les pratiques de négociations, les personnalités des participants et les gains à la fin de ses travaux, constituent le point de départ et la base de cette thèse. Le corpus de cette recherche est le Procès-verbal de la Conférence conservé au Ministère des Affaires étrangères de la Grèce. Les sources utilisées en vue d’en aboutir à des résultats plus objectifs, dérivent de la Correspondance des négociateurs et de leurs équipes ainsi que de la bibliographie et des articles de la Presse s’occupant de la Conférence de Lausanne.
Pour conclure, cette thèse opte d’une part, à mettre l’accent sur la signification de ce moment historique pour la nation grecque et ses relations avec son voisin, la Turquie, et parallèlement, à dévoiler les stratégies qui conduisirent à ces résultats.